4 min read">
Rallye Monte-Carlo 2017 – Résumé

Prenant les commandes du rallye dès la première spéciale, Thierry Neuville s’est ensuite construit une confortable avance en tête de la course, terminant la douzième spéciale avec 51 secondes d’avance sur Sébastien Ogier, mais c’était sans compter sur une touchette dans l’ES13. Une touchette lourde de conséquences puisque le pilote belge perdait plus d’une demi-heure en essayant de réparer la suspension arrière droite de sa Hyundai, laissant donc le quadruple champion du monde s’installer en tête de la course. Pouvant gérer sa fin de course, le français termine sur la plus haute marche du podium et permet à M-Sport de retrouver le chemin de la victoire qui lui échappait depuis 2012.

Deuxième avant d’entamer les spéciales du dimanche, Ott Tanak n’aura pas été épargné par les problèmes mécanique. Déjà en proie à diverses petits problèmes sur sa Ford Fiesta WRC’17 samedi dans la matinée, le pilote estonien était victime de problèmes moteur ce matin, l’obligeant à parcourir la cinquantaine de kilomètres restants sur deux cylindres, ce qui profita à Jari-Matti Latvala qui termine donc deuxième et qui signe une entrée en matière prometteuse pour Toyota et la Yaris WRC’17.

Logiquement devancé par les nouvelles WRC, Craig Breen n’aura toutefois pas démérité au volant de sa Citroën DS3 WRC puisqu’il termine à une belle cinquième place au terme d’une belle lutte face à Dani Sordo qui après avoir perdu plus d’une minute suite à des problèmes de direction assistée et un tout droit à haute vitesse dans la dernière spéciale du samedi, sera parvenu à refaire son retard sur le pilote Citroën.

@World

En difficulté dans les spéciales enneigées et verglacées du jeudi et du vendredi, Elfyn Evans aura signer quelques bons chronos dont deux scratches, lors de la journée du samedi. Le gallois termine sixième et devance les deux Skoda Fabia R5 officielles d’Andréas Mikkelsen, vainqueur en WRC-2, et Jan Kopecky.

Repartit en Rally2 après une sortie de route et des problèmes de boites de vitesses sur sa Citroën C3 WRC’17, Stéphane Lefebvre termine neuvième.

En bagarre pour la dixième place avec Pontus Tidemand, Bryan Bouffier sera parvenu à maintenir le pilote suèdois derrière lui. Il complète donc le top 10.

Pour ce qui est des autres WRC, Juho Hanninen repartit en Rally2 suite à une sortie de route, et victime d’une crevaison, se classe 16ème alors que Thierry Neuville termine quant à lui en 15éme position.

Notons que Hayden Paddon, sortit dans la première spéciale, n’est pas reparti en Rally2 suite au décès d’un spectateur lors de cette sortie.

Mikkelsen intouchable.

Déjà impressionnant lors du shakedown en signant le deuxième meilleur temps au volant d’une « modeste » Skoda Fabia R5, Andréas Mikkelsen se sera véritablement montré imbattable. Le norvégien qui découvrait pourtant la R5 tchèque s’impose en WRC-2 avec plus de 3 minutes d’avance sur son coéquipier Jan Kopecky. Le podium de la catégorie est complété par Bryan Bouffier qui termine avec plus de 6 minutes et demi de retard sur l’ex-pilote Volkswagen.

Fer de lance de l’équipe M-Sport en WRC-2 cette saison, Eric Camilli termine quatrième de la catégorie et devance Quentin Gilbert.

Accusant un retard de près de 30 minutes, Emil Bergkvist qui fut victime de problème de transmission dans l’ES2, et Andréa Crugnola terminent respectivement aux sixième et septième places.

Bastien Roux Photographie

Astier largement au dessus de la concurrence.

Parti sur un gros rythme jeudi soir en terminant la deuxième spéciale avec près de 30 secondes d’avance sur son plus proche poursuivant, Raphaël Astier se sera montré imbattable tout au long du rallye. Le pilote ardéchois s’impose en WRC-3 avec plus de 9 minutes d’avance sur Luca Panzani.

Le top 4 de la catégorie est complété par Charles Martin qui concéde 10 minutes au vainqueur, et Surhayen Pernia.

Bastien Roux Photographie

Serderidis seul au monde.

Du côté du WRC Trophy, Jourdan Serderidis qui rappelons le, était le seul pilote engagé dans ce championnat, sera parvenu à éviter les nombreux pièges du Monte-Carlo. Le patron du team J-Motorsport s’impose donc tout logiquement au volant de sa Citroën DS3 WRC.

Timo Anis Photography

Top 30:

Classement complet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.